Mauritanie : la Cour suprême ordonne un nouveau procès pour un blogueur condamné à mort

  • Source: : Webnews | Le 01 février, 2017 à 16:02:42 | Lu 4013 fois | 2 Commentaires
content_image

Vue de Nouadhibou, dans le nord-ouest de la Mauritanie, en 2013.

La Cour suprême mauritanienne a annoncé ce mardi qu'un nouveau procès se tiendrait pour rejuger Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir, un blogueur condamné à mort pour un billet jugé blasphématoire.

La date du nouveau procès n’est pas encore connue mais la justice mauritanienne a précisé qu’il se tiendrait dans une nouvelle Cour d’appel, « différente de celle qui l’a déjà condamné à mort ».

De l’ « apostasie » à la « mécréance »

Arrêté le 2 janvier 2014 et inculpé pour « apostasie » suite à la publication trois jours plus tôt d’un billet sur le site d’information mauritanien Aqlame, Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir avait été reconnu coupable et condamné à mort le 24 décembre 2014 en première instance, par la Cour criminelle de Nouadhibou (nord-est).

Le 21 avril 2016, la Cour d’appel de Nouadhibou avait confirmé la peine de mort, tout en requalifiant les faits en « mécréance », une charge moins lourde pour le blogueur qui avait fait preuve de repentance. Son dossier avait par la suite été transféré à la Cour suprême. Il est détenu à Nouadhibou depuis le 2 janvier 2014

Manifestations hostiles à Nouakchott

Le cas de Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir a beaucoup agité l’opinion mauritanienne. Mardi 31 janvier, Des milliers de personnes s’étaient rassemblés à Nouakchott, non loin du siège de la Cour, réclamant la confirmation de la sentence et l’exécution du prévenu a rapporté un journaliste de l’AFP.

Un important dispositif policier avait été déployé pour ce rassemblement marqué par plusieurs discours hostiles à l’égard du blogueur et en présence de militants mobilisés par un forum des oulémas et imams pour la défense du prophète de l’Islam.

La peine capitale n’a plus été appliquée en Mauritanie depuis 1987. Selon un rapport du Département d’État américain daté de 2015 et cité par un communiqué de l’ONG Human Rights Watch, la Mauritanie n’a plus mis à exécution une peine de mort pour blasphème depuis 1960, date de l’indépendance du pays.


Auteur: jeuneafrique.com - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Anonyme En Février, 2017 (17:09 PM) 0 FansN°: 1
Il faut arrêter nous ne sommes plus au moyen age.



Mauritaniens c'est le moment de vous réveiller.
Anonyme En Février, 2017 (19:24 PM) 0 FansN°: 2
jai l'impression le peuple den haut veut tjrs opprimer celui den bas comment comprendre qu'un bloGUEUR parle des castes en mauritanie en disant cest les meme pratiques du temps du prophete

le gars n'a pas dit que le prophete a pratique cela il a bien dit en son temps

tout le monde sait que lislam a comattu avec le prophete mouhamet psl les pratiques de castes mais en mauritanie il ya une frange de la population qui pense etre superieur a un autre frange mais la revolution des mentalires aura lieu

wa salam

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com